Une nouvelle année

Au mois de mai, le blog Stopmonop a fêté son troisième anniversaire. La question des locaux d’activité au rez-de-chaussée de l’immeuble Paris Habitat à l’angle Bichat-Temple qui était à l’origine de notre collectif a été résolue en cette fin d’année 2017 avec l’attribution à Kelbongoo, porteur du projet de halle alimentaire dans le 10e, d’une subvention de 124.000 € (moins que les 200.000 votés au budget participatif 2016, mais au moins ça), et l’attribution du dernier local vide (du fait du désistement de « By Sou… ») au projet d’Emmaüs Alternatives (voir en page Appel à projets), en même temps que notre implication dans la mobilisation autour des travaux de prolongement de la ligne 11 a été couronnée au moins d’une victoire partielle avec la promesse de la RATP de mettre prochainement en chantier la mécanisation de la station Goncourt demandée par les habitants du quartier (http://conseilsdequartiersparis10.org/faubourg-du-temple-hopital-saint-louis/commissions/cadre-de-vie/un-escalier-mecanique-pour-la-station-goncourt-550).
Serait-ce le moment de mettre la clef sous la porte ?
Pourtant, une chose (une lutte) mène à une autre. La Mairie du 10e annonce pour janvier une nouvelle réunion de la Commission extra-municipale sur le Commerce et l’Artisanat, créé en réponse à notre intervention, au Conseil d’Arrondissement du 15 juin 2015, pour demander une généralisation de la procédure de concertation mise en œuvre à Bichat-Temple.

Il y aura plus d’une question à y poser :

– comment faire jouer au nouveau GIE des bailleurs sociaux et à la Semaest un rôle régulateur des loyers commerciaux (contre les bulles spéculatives comme celle qui sévit rue du Fbg du Temple notamment entre le canal et l’avenue Parmentier) ?
– comment tirer parti de l’inclusion de la rue du Fbg du Temple dans l’opération Vital’Quartier 2 de la Semaest ? (aucune acquisition réalisée un an après l’extension, vu la bulle spéculative susdite – ne pourrait-on envisager de mettre en place un périmètre d’expérimentation de la préemption de baux et de fonds de commerce par la Semaest dans l’intérêt des habitants ?)
– au moins une partie des revenus générés par les panneaux publicitaires installés sur les palissades de chantier de la RATP – engins énergivores qui polluent notre cadre de vie– ne pourrait-elle être versée à un fonds d’indemnisation des commerces impactés par les travaux ? (sans cela nous risquons de perdre des cafés de quartier et autres commerces fréquentés par tous, dont la mort laisserait d’abord des vacances que l’inflation des loyers ferait servir au bout du compte à la gentrification, illustrée, entre autres, par le parcours de Laser Game qui s’est installé au 160 rue Saint-Maur, à la place du DIA)
– ne pourrait-on lancer une réflexion, impliquant les habitants, sur la transformation des commerces alimentaires ? le monopole de la grande distribution (l’APUR même classe désormais les supérettes comme « commerces de proximité ») est contraire au plan climat et ne contribue ni à l’attractivité ni à la convivialité de nos rues.

 

Il y aura aussi, comme plate-forme où nous faire entendre, la poursuite de la « consultation climat » qui a accouché, le 18 décembre, d’une « feuille de route » fourre-tout – catalogue de bonnes intentions en contradiction avec la pratique de ceux qui nous gouvernent :
– prônant la végétalisation tous azimuts tout en abattant des arbres sans nécessité rue du Faubourg du Temple (4 pour faciliter la circulation des engins de chantier RATP), place du Buisson Saint-Louis (2), place de la République (11 parce que les aménageurs de la place, par bêtise, n’ont pas pris en compte la nécessité des grosses racines pour la stabilité de platanes centenaires), etc.
– prônant les économies d’énergie tous en nous envahissant de publicités énergivores
– préconisant les circulations douces sans broncher lorsque nos voisins du 11e et du 20e renvoient chez nous le traffic automobile dont ils se vantent de délivrer les riverains du boulevard de Belleville, etc.
Il y aura, à soutenir, les luttes proches parentes de la nôtre :
– celle de l’association Carton Rouge contre l’installation d’un supermarché Carrefour de 1950 m2 au 94 avenue Gambetta (ex-Rectorat de l’Académie de Paris) ; voir https://nonaucarrefouraurectorat.wordpress.com  ; ou, petite vidéo de la dernière action : http://telebocal.org/actu/carton-rouge-pour-icade/
– celle des opposants au centre commercial Auchan d’EuropaCity ; toutes les infos ici : http://nonaeuropacity.com
– et, bien sûr, celle des opposants aux JO 2024 qui promettent d’accélérer tout ce qui ne va pas : invasion publicitaire, inflation des loyers commerciaux (et autres), uniformisation du tissu commercial au profit de la grande distribution, etc. ; pour plus d’infos : http://nonjo2024aparis.neowordpress.fr
Nous avons donc du pain sur la planche, mais ce blog risque de s’endormir pendant les six premiers mois de 2018 (ce serait dommage) s’il ne se trouve pas des bonnes volontés pour reprendre le flambeau (en effet, mes obligations professionnelles me tiendront éloignée de Paris jusqu’à l’été). Si cela vous tente – c’est mon vœu pour nous tous pour la nouvelle année – contactez-moi à stopmonopp@gmail.com.
Publicités