Le 27 septembre : nos rêves sont-ils si fous ?

Vous trouverez ci-dessous la liste complète des souhaits qu’une soixantaine de passants et de participants à notre « fête du trou » (dont ce chiffre en lui-même atteste la réussite) ont inscrits sur les panneaux mis à leur disposition. Un gentil agent des Renseignements généraux, qui a passé plus d’une heure avec nous, nous a fait clairement comprendre que notre référendum sauvage ne devait pas laisser de traces sur les barrières du chantier, comme nous l’avions un moment envisagé. Reste la documentation photographique qui circulera au-delà de notre coin de rues (si certains participants ont photographié l’événement de leur côté et voudraient bien nous communiquer quelques images, nous sommes preneurs).

Tous l’auront compris : notre votation sur les murs n’a jamais eu la prétention de remplacer la consultation d’envergure qui s’impose maintenant que l’abandon du Monop’ est acté. C’était une action symbolique qui, renouant avec l’enquête, restée jusque-là sans suite, dont les « premiers résultats » ont été présentés par le conseil de quartier Saint Louis / Faubourg du Temple à la plénière du 28 février 2013, voulait surtout inciter les gens à prendre la parole. Notre victoire contre le Monop’ est la preuve qu’il n’y a pas lieu d’être défaitiste, qu’on peut se faire entendre. Le moment venu, il incombera aux élus de mettre en place une véritable consultation qui touchera aussi nos concitoyens plus modestes (malheureusement peu nombreux à s’être exprimés hier) et sera sans doute relayé par tous les conseils de quartier concernés (non seulement Saint Louis / Faubourg du Temple dans le 10e, mais aussi République / Saint-Ambroise dans le 11e).

Nous croyons malgré tout possible de dégager dès maintenant quelques indications des rêves inscrits hier sur les murs. Les thèmes qui reviennent le plus souvent sont :

  1. La verdure (murs végétalisés, etc.)
  2. Les structures associatives (du planning familial au centre de prévention de la prostitution en passant par les assos plus conviviales)
  3. Les structures coopératives ou solidaires (liées en général au thème de l’alimentation : « halle alimentaire »)
  4. Le culturel (bibliothèque, librairie, cinéma, etc.)

Tout en poursuivant, avec nos interlocuteurs à la mairie du 10e et à l’Hôtel de Ville, notre lutte pour une révision de la politique qui fait des loyers commerciaux un variable d’ajustement dans le financement des logements sociaux (car, sans cela, le montant rédhibitoire des sommes demandées par le bailleur risque de condamner les locaux partitionnés à demeurer longtemps vacants), nous pourrions donc dès maintenant nous rapprocher du conseil de quartier pour, ensemble, sonder avec les élus du 10e, la possibilité d’obtenir :

  • qu’au moins un des quatre ou cinq locaux soit réservé à un projet associatif ou d’ESS
  • et, plus facile sans doute, la végétalisation ou des murs aveugles qui demeurent même après la partition de feu le Monop’ au RDC de la façade Bichat ou, mieux encore, des quatre cages d’escalier ouvertes sur la rue

La liste des rêves :

– Une boutique de jouets
– Un planning familial [OK] ; un centre de santé ; un café/librairie [oui] ; une école de musique [OK] ; un distributeur de câlins (gratuits) ; un lieu de rencontre de quartier [OK]
– Jardin pour le quartier (potagers [partagés – Emmanuel]) [OK]
– Resto associatif, produits locaux et VG
– Un café coopératif ! OUI !!! [OK]
– Un restaurant végétarien (un autre)
– Le même bazar qu’avant
– Pâtisserie
– Une recyclerie
– Poissonnier
– Local répétition musiciens [oui] [OK]
– Halle alimentaire [(coopérative)]
– Coopérative
– Un jardin « naturel » (comme celui qui est contre le Père Lachaise, dans le 20e)
– Atelier de petits artisans (exemple anciens métiers réhabilités)
– Hall[e] alimentaire : zéro emballage, recyclage, éducation alimentaire, circuits courts, etc…
– Une salle de ciné [OK]
– Un verger (une forêt en ville) [OK]
– E S S [=économie sociale et solidaire]
– Local musique, ateliers do-it-yourself + +
– Un cordonnier pour faire durer les chaussures
– Une crèche
– Une pizzéria
– Des artisans ; un atelier de récupération
– Un sex shop ; une salle de prière ; une salle de shoot
– Une salle de yoga
– Une toiture végétalisée ! [oui]
– Consigne bouteille en verre (création d’emploi)
– Potager de quartier
– Une boutique de plantes
– Pépinière d’entreprises, de start-up (sociales ou pas) ; caféteria et espaces de co-working, bureaux partagés ; centre des associations / centre culturel / salle de spectacle ; galerie d’art participative ; boîte gay ! (salle de sport) – Edouard, 29 ans, rue Saint-Maur, 75011
– Librairie & kiosque à journaux ; bibliothèque ; épicerie fine (produits français) – Paul K., 36 ans, rue du Faubourg du Temple
– Salles de cinéma
– Un workshop
– Café-bibliothèque
– Un mur extérieur végétalisé – Claude
– Une bibliothèque – Brigitte, 51 ans [remarque anonyme : la bibliothèque Françoise Sagan dans l’ancien hôpital Saint-Lazare va ouvrir en 2015 (+3000 m2)]
– Un café Wifi ; des maraîchers en vente directe [remarque anonyme : oui, oui, oui] – Muriel, 58 ans, rue du Faubourg du Temple
– Un magasin vente/réparation/location de vélos – Michaël, 52 ans, rue Bichat
– Un magasin de jouets + ados (BD) – Marie
– Une école de musique – Isabelle
– Épicerie solidaire / centre culturel
– Une ruche sur le toit
– Un café coopératif, géré avec les habitants du quartier, où on trouverait une partie de ce qu’il y a au-dessus – Armelle
– Un Bio
– Des murs végétalisés partout
– Une rue arbrée
– Oui au vert, au végétal
– Des associations
– Papeterie … beaux-arts
– Un pôle créateur (ameublement)
– Atelier collectif arts plastiques
– Maison pour les jeunes [de 7 à 77 ans] : café, théâtre, ciné-club, salle de danse
– Primeur, fromager, poissonnier – Emmanuelle, rue Bichat
– Halle alimentaire
– Traiteur
– Centre prévention drogue, prostitution ; salle de shoot
– Planning familial
– Repair-café / banque de temps (cf. Accorderie du Grand Belleville)
– Murs peints (Sylvie)
– Bibliothèque – Aurélie, 25 ans, rue du Faubourg du Temple
– Un parquet pour danser [remarque : oui urgent SVP)
– RIEN

Les photos des rêveurs :

FêteduTrou1FêteduTrou6

27.9.2014.1 27.9.2014.2 27.9.2014.3

Un écho dans la presse en ligne :

http://www.kaizen-magazine.com/une-bataille-gagnee-contre-la-multiplication-des-grandes-enseignes-commerciales/

P-S : Stopmonop fait des petits

Suite à la dernière mise à jour de notre pétition en ligne, nous avons été contactés par une signataire, habitante du 18e arrondissement, confrontée à un problème qui, sans être identique au nôtre (il s’agit d’un partenariat public-privé, dont la réalisation a été confiée à la filiale de Bouygues SODEARIF), présente plus d’une analogie. Encouragée par nos succès, elle nous demande de diffuser son appel à une réunion publique, le 8 octobre prochain, en vue de fonder un collectif :

NonAcarrefour

(cliquez dessus pour agrandir)

Il est certain que nous avons tout intérêt à nous serrer les coudes.

La Fête du « Trou* », samedi 27 septembre, à partir de 16 h

Nos derniers échanges avec Paris Habitat le confirment : le Monop’ est mort et enterré. L’échéance du 15 septembre, fixée le 28 août par Ian Brossat pour la remise des plans revus par l’Atelier Chemetoff qui inaugurera la phase positive de concertation entre les habitants du quartier, les élus et Paris Habitat, a été respectée à un jour près : on nous a annoncé aujourd’hui 16 septembre la remise des plans revus au bailleur social, et Stéphane Dambrine, directeur général de Paris Habitat, nous donne rendez-vous pour le vendredi 26, pour la présentation des nouveaux plans des locaux commerciaux.

Combien de commerces prévoit-on désormais, et de quelles dimensions ? Quelle en sera la disposition ? Quel rôle joueront-ils dans le montage financier de l’ensemble ? Les loyers pourront-ils être modulés de façon à ouvrir ces espaces non seulement à des projets commerciaux proprements dits, mais aussi aux acteurs culturels, aux associations, aux projets relevant de l’économie sociale et solidaire ?

C’est ce que nous espérons apprendre le 26.

En effet, le temps presse : la remise de l’immeuble achevé est prévue, nous a-t-on dit, pour la rentrée 2015. Les baux commerciaux seront signés six mois avant la remise. Restent six mois seulement pour le processus de concertation qui a tant tardé à s’engager.

Nous proposons donc de passer nous-mêmes à la phase positive dès le lendemain de la réunion chez Paris Habitat.

Retrouvons-nous autour du chantier
angle Bichat-Faubourg du Temple
le
samedi 27 septembre, à partir de 16 heures
pour une
FÊTE DU TROU

Amorçons ludiquement et en toute liberté la réflexion sur l’après-Monop’. Apportons bâches, cartons, marqueurs et bombes de peinture. Transformons les barrières du chantier en chevalet géant. Réalisons et accrochons-y une fresque des boutiques et des activités que nous souhaiterions voir prendre place dans ce projet phare de la mairie du 10e.

Nous ferons parvenir des invitations à tous les politiques qui se sont intéressés à nous avant, pendant ou après les élections et, bien sûr, aux journalistes du Parisien, de Libération, de L’Humanité et du Canard enchaîné déjà contactés au mois de juillet.

 FêteduTrou

* Le « Trou » – petit nom du chantier, utilisé par tous ceux qui vivent le nez dessus.

Échanges avec Paris Habitat

Depuis le 21 juillet, nous envoyons tous les jours ouvrables à nos interlocuteurs à la Mairie du 10e et au cabinet de Ian Brossat un mail contenant des photos des progrès du chantier et rappelant nos exigences. Depuis le 10 août, le premier destinataire de ces messages est Roger Madec, ancien maire PS du 19e arrondissement, qui a assumé au mois de juin les fonctions de président du bailleur social Paris Habitat. Le message qu’il a alors reçu (avec copie à Claude Vandevoorde, Marie-Pascale Arnaudet et Antoine Savatier de Paris Habitat, ainsi qu’à Ian Brossat, Rémi Féraud, Dante Bassino, Sylvain Raifaud et Léa Vasa), était conçu ainsi :

Cher Monsieur,

Après de nombreux échanges avec les élus du 10e arrondissement, le cabinet d’Ian Brossat et, avec un peu moins de retour, les responsables du projet dans vos services, je vous écris directement en votre qualité de président de Paris Habitat, de la part du Collectif Stopmonop, réunissant des habitants et usagers du quartier du Faubourg du Temple qui, depuis le printemps 2011, protestent contre l’attribution alors annoncée des locaux à vocation commerciale dans la résidence en objet, notamment contre le fait de réserver une grande surface (430 m2) à une enseigne de la grande distribution. Notre opposition se fonde à la fois sur l’inadéquation des commerces prévus avec les besoins du quartier (et des futurs occupants des logements sociaux) et sur la question de principe du financement du logement social par des rez-de-chaussée, obéissant à une logique économique de rentabilité à courte vue qui risque à terme de compromettre le caractère social même de la mission des bailleurs sociaux.

C’est parce que nous apprécions et soutenons les éléments du projet qui servent réellement l’intérêt général (les logements sociaux et la crèche) que nous avons demandé à nos élus de reconsidérer l’attribution des locaux commerciaux et de saisir cette occasion de ramener la vie dans le quartier tout en respectant son caractère populaire : de se prévaloir donc des pouvoirs qui sont les leurs pour faire du rez-de-chaussée de la nouvelle résidence un exemple contribuant à enrayer la spirale de la hausse des loyers fatale au commerce de proximité et à favoriser de nouveaux modes de distribution (et de consommation), à même de concilier la qualité de l’offre et la modicité des prix. L’occasion ne se reproduira certainement pas de sitôt dans ce secteur de la rue du Faubourg du Temple (zone de protection particulière de l’artisanat d’après le PLU actuellement en vigueur) que la monoactivité de la confection bas de gamme a fait rebaptiser « rue des Rideaux-Fermés ».

Après une question de pré-Conseil posée pour le collectif par le conseil de quartier Saint-Louis / Faubourg du Temple au Conseil d’Arrondissement du 30 juin dernier, Rémi Féraud et ses adjoints nous ont assuré de leur appui et dit avoir fait une démarche auprès de Paris Habitat pour « demander à l’architecte la possibilité de fractionner la surface, ce qui […] permettrait de positionner à cet endroit plutôt des petits commerces de proximité qu’une grande surface ». Avant-hier encore, Ian Brossat m’a réitéré, dans une conversation téléphonique, son soutien à cette demande.

Le travail sur le chantier a démarré au mois de février et avance un peu plus tous les jours. Pourtant, le collectif attend toujours d’être informé de la solution retenue (la proposition de l’Atelier Chemetoff, évoquée par Mme Arnaudet, de découper la grande surface de 430 m2 en deux locaux seulement, l’une de 60 m2 sur la rue Bichat, l’autre de 370 m2, qui demeurerait a priori inaccessible à un projet d’activité autre que la grande distribution, est effectivement tout à fait insatisfaisante et ne résoudrait pas les problèmes qui ont suscité l’opposition des riverains) et, en attendant, de recevoir au moins quelques mots confirmant noir sur blanc l’engagement de renoncer à réserver une partie du RDC de la résidence en construction à une enseigne de la grande distribution et de procéder à une partition de la grande surface qui rendra possible des projets commerciaux ou d’activités plus à l’écoute des véritables besoins du quartier.

Nous avons rendez-vous avec Anthony Leroi, chef de cabinet de Ian Brossat, le mardi 26 août, mais d’ici là le chantier ne chômera pas. Or, il nous semble essentiel de procéder aux modifications des plans tant que la partition est encore possible sans engager de frais importants. Nous vous prions donc de bien vouloir vous pencher sur la question et d’intervenir afin de faire donner rapidement satisfaction aux demandes relayées par nos élus.

Mardi dernier, 2 septembre, le message était plus urgent encore :

Les photos que je vous envoie aujourd’hui (vous en trouverez d’autres encore sur notre blog : https://stopmonop.wordpress.com/les-photos/) renforcent malheureusement les inquiétudes dont je vous ai fait part hier : après l’accalmie relative du mois d’août, le chantier a repris son rythme de croisière et avance très vite. Après les fondations hier, on a commencé aujourd’hui a couler les éléments verticaux du niveau -1 sur la partie de la parcelle correspondant aux futurs commerces (en repère N parallèle à la rue du Faubourg et entre les repères K et L parallèle à la rue Bichat), éléments qui détermineront l’emplacement des poutres destinées à soutenir la dalle du rez-de-chaussée et, si les modifications de l’altimétrie n’ont pas été communiquées à l’entreprise (ce qui semble probable, dans la mesure où l’architecte ne doit remettre les plans modifiés que sous quinzaine), risquent donc de rendre plus difficile la partition de la grande surface.

Comme je suis persuadée de la bonne foi de nos interlocuteurs à l’Hôtel de Ville, je ne peux conclure qu’à un problème de transmission des consignes (ne rien faire qui puisse compromettre la partition de la grande surface en attendant que l’Atelier Chemetoff ait achevé le travail de révision des plans) entre le maître d’ouvrage, l’architecte et l’entreprise et que vous prier de la résoudre d’urgence.

Par la même occasion, bien sûr, je vous demande encore une fois de bien vouloir ne pas démentir nos élus, ne pas encourager nos voisins dans leur rejet global de la sphère politique, mais de bien vouloir nous accorder au moins deux mots confirmant noir sur blanc

– le renoncement tant au Monop’ qu’à toute autre enseigne de la grande distribution
– et le fractionnement de la grande surface avec modulation des loyers de façon à rendre possibles des projets plus innovateurs (« halle alimentaire ») et plus à l’écoute des véritables besoins du quartier (tant des habitants et usagers actuels que des futurs occupants des logements sociaux)

cela, dans la perspective de l’organisation d’une consultation large des habitants et usagers du quartier, avec la participation de Paris Habitat et des élus du 10e, sur l’attribution des locaux à vocation commerciale ou d’activités en pied de l’immeuble en construction.

En vous remerciant de votre écoute

Aujourd’hui, jeudi 4 septembre, 8 jours après notre rencontre avec Ian Brossat, 8 jours avant la remise prévue des plans enfin modifiés, nous avons reçu par la poste une réponse de Roger Madec, datée elle aussi du 2 septembre :

CourrierdeRogerMadec.2.9.2014

L‘art de ne répondre ni aux mots ni aux attentes…

Dans l’attente du rendez-vous prévu pour la fin de la semaine prochaine que nous persistons à espérer plus productif.

Mise à jour du 5 septembre :

Mal à l’aise face à la bienveillance vague du courrier de Roger Madec, nous avons adressé aujourd’hui notre mail quotidien plus particulièrement à Stéphane Dambrine, directeur général de Paris Habitat, que nous avons essayé aussi de joindre par téléphone – sans succès. En revanche, M. Dambrine a répondu par un mail qui témoigne enfin d’un engagement ferme allant dans le sens du discours de Ian Brossat et de ce que le collectif demande depuis des mois :

Bonsoir,
 
Comme vous l’avait indiqué Mr Brossat nous avons demandé à M. Chemetoff d’étudier le fractionnement des surfaces commerciales ceci afin de permettre d’autres possibilités qu’une moyenne surface alimentaire .
Cet exercice est rendu difficile car  comme vous l’ avez constaté il y a des différences de niveaux importantes d’une part et d’autre part, il convient de veiller à ce que les surfaces créées soient commercialement viables c’est à dire qu’elles disposent de vitrines suffisantes.
Nous nous sommes bien sûr assurés que l’avancement du chantier ne compromettrait pas la mise ne œuvre des propositions de l’architecte .
En ce qui concerne le choix des commerces il conviendra de se concerter le moment venu, en recherchant un consensus le plus large possible, sachant que je ne peux totalement ignorer les paramètres économiques qui ont été retenus lors du montage de ce projet.
Je me permets de vous rappeler que Paris Habitat est un organisme HLM  à but non lucratif et que les excédents qu’il peut dégager de ses activités annexes ( dont celles de gestion de locaux commerciaux ) sont intégralement affectés au bénéfice de son patrimoine ou à la réalisation de nouveaux logements sociaux.
 
Cordialement
 
Stéphane dambrine

Procès verbal du rendez-vous avec Ian Brossat, le 28 août 2014

La rencontre s’est déroulée entre 16h30 et17h15

Présent-e-s :

Pour la mairie : Ian Brossat, adjoint en charge du logement à la Mairie de Paris, et Anthony Leroi, son chef de cabinet.

Pour le collectif : Erika Abrams, François Pignet, Muriel Pagès, Pierre Pouey-Mounou, Nolwenn Neveu

F. Pignet : Le collectif Stopmonop a pour premier objectif qu’il n’y ait pas un Monoprix, puisque au départ on a appris, par le maire, qu’il y aurait deux surfaces commerciales au rez-de-chaussée de cet immeuble : un Monoprix et un commerce [de vêtements] dégriffés de luxe. Je ne sais pas si vous connaissez cette partie de la rue du Faubourg du Temple, mais, en gros, c’est une rue monocommerce, puisque de Goncourt au Canal il y a eu énormément de commerces de vêtements chinois qui se sont installés et qui ont tué tous les petits commerces. Donc, la première réaction des habitants a été de dire qu’un Monoprix ou un DailyMonop’, comme c’était prévu au départ, ça va tuer les quelques petits commerces qui restent etc. Et en plus il y a un Monoprix 200 m plus haut, etc., ce qui a mobilisé beaucoup de monde.

I. Brossat : Je tiens à vous préciser : moi, je suis adjoint au logement, et donc je ne préside pas Paris Habitat. Je suis membre du conseil d’administration de Paris Habitat. Le président de Paris Habitat, c’est Roger Madec, qui est l’ancien maire du 19e arrondissement. Mais j’assume aussi ma responsabilité d’administrateur de Paris Habitat, et tout ce que je peux faire pour faciliter les choses et satisfaire vos exigences, je le ferai. Mais je le précise, car les choses sont un peu différentes de ce qu’elles étaient dans la mandature précédente, où l’adjoint au logement était également président de Paris Habitat. Pour des raisons de conflit d’intérêts on a séparé les deux missions. Quand on a une construction neuve, il est un peu bizarre que l’adjoint qui décide à quel bailleur on le confie, qui décide de la destination du logement, soit aussi celui qui préside le bailleur. Cela fait un conflit d’intérêts auquel on a voulu mettre un terme.

De toute façon, j’ai reçu tous vos courriers. J’en ai parlé au directeur général de Paris Habitat, Stéphane Dambrine, entre-temps, et je lui ai demandé des assurances. Mais peut-être que le mieux est que vous me disiez quelles sont vos revendications, que vous me redisiez l’ensemble des éléments et qu’après je vous dise quelles sont les démarches que j’ai entreprises et ce que je compte faire pour les satisfaire.

E. Abrams : Si vous avez reçu tous les mails que je vous ai envoyés depuis juillet, vous avez pu aussi consulter notre blog, où il y a des éléments historiques. Nous avons eu depuis la fin mai et notre première rencontre avec Dante Bassino, Sylvain Raifaud et Léa Vasa, des assurances que Paris Habitat allait faire le possible pour modifier les plans par l’architecte pour permettre le fractionnement de la grande surface, suivi par une consultation des habitants. Nos exigences depuis le 28 mai sont toujours les mêmes. Nous voulons l’assurance concrète du fractionnement de la grande surface, qu’on nous fasse part des éléments techniques, du nombre de commerces et de la dimension des commerces qui seraient prévus à la place de cette grande surface. L’autre revendication concerne le niveau des loyers, car si on maintient le niveau des loyers à ce qu’il est maintenant, cela contribue à la spéculation et je ne vois pas comment un commerçant normal pourrait se permettre de payer ça. Et quand ces éléments seront fixés, qu’on organise une réunion avec les habitants, avec les élus, avec Paris Habitat, avec le conseil de quartier…

F. Pignet : Précisons que nous avons eu des assurances verbales que finalement ce ne serait pas un Monoprix et que la surface pourrait être divisée. En fait, au départ, on nous avait dit que l’architecte ne pouvait pas diviser, que c’était trop tard… Après, heureusement, on a eu dans notre collectif une architecte qui est présente ici, et d’autres aussi. J’avais interrogé personnellement l’architecte (responsable du projet) à la réunion publique (le 26 mai 2011) où il était venu exposer son projet du bâtiment – c’est alors qu’on avait fait signer la première pétition papier qui a recueilli plus de 400 signatures. Il m’avait dit : « Tant que les murs ne seront pas construits, je ne dis pas que ça coutera le même prix, mais en gros on peut toujours diviser. » Sauf que là, le chantier avance, avance, avance, et c’est un peu une course contre la montre, jusqu’à ce qu’on nous dise : « Eh bien non, vous savez, on ne peut plus diviser, donc on fait forcément une grande surface ». C’est-à-dire sur les 400 et quelques m² on fait une surface d’au moins 300 et quelques m², ce dont on ne veut pas, parce que ce sera simplement ce qu’il y a plein dans le quartier déjà. Il y a plein de surfaces de ce type, il y a un Simply, il y a un Super U, il y a des Franprix. On avait donné au maire un document qui est sur le blog.

Erika montre la carte des surfaces de grande distribution et des commerces de vêtements.

I. Brossat : Je partage totalement ce que vous dites. Et même plus que cela puisque, suite à la discussion que nous avions eu, j’ai saisi Stéphane Dambrine, le directeur général de Paris Habitat. Ce que je sais, c’est que Paris Habitat a demandé, suite à mon interpellation, à l’architecte, Chemetoff, de retravailler les plans. J’ai donc obtenu qu’il travaille sur de nouveaux plans et on aura les nouveaux plans d’ici deux semaines. Avec pour objectif évidemment de fractionner et d’éviter l’installation de la grande surface.

E. Abrams : Fractionner dans quel sens ? Parce que j’ai eu au téléphone Marie-Pascale Arnaudet de Paris Habitat, la première semaine d’août… Rémi Féraud avait déjà demandé à l’Atelier Chemetoff de revoir le plan pour permettre le fractionnement de la grande surface, et Marie-Pascale Arnaudet a dit que Chemetoff avait fait une proposition qu’ils avaient rejetée. Dans ce projet il y aurait un petit commerce de 60 m² sur la rue Bichat, et la grande surface, au lieu de faire 435 m² comme dans le projet initial, ferait seulement 370 m². Ce qui ne résout absolument pas le problème.

I. Brossat : L’objectif, c’est qu’il n’y ait pas de grande surface. Donc on fractionnera de telle sorte qu’il n’y en ait pas. C’est la raison pour laquelle on le fait retravailler. Mais le fractionnement en soi n’a aucun intérêt. Ça n’a d’intérêt qu’à condition d’éviter la grande surface. Mais le moyen qu’on se donne découle de l’objectif qu’on s’est fixé.

F. Pignet : On est tout à fait d’accord, mais alors est-ce que quelqu’un, ou vous ou Paris Habitat, peut nous écrire cela ? C’est quelque chose qui soulagerait l’ensemble des gens qui nous demandent tous les jours où on en est, etc…, et qui pensent que c’est la montre qui joue. Ils voient le chantier qui s’élève sous leurs yeux, parce qu’il y a beaucoup de gens du collectif qui habitent dans les rues avoisinantes. Et nous, on ne peut que leur dire : « On nous a dit, on nous a dit… », mais on n’a jamais eu une seule garantie.

N. Neveu : Le principe du fractionnement est-il acquis ou est-ce encore un projet ?

M. Pagès : Madame Arnaudet que j’ai eu au téléphone fin juillet, dans une discussion d’une demi-heure, très technique, m’a dit : « On a refusé la proposition qu’Alexandre Chemetoff a dessinée ».

I. Brossat : Ils l’ont refusée parce qu’elle ne répondait pas à l’exigence qu’on s’était fixée, c’est ça ? C’est plutôt bon signe.

M. Pagès : Je ne comprends pas la difficulté qu’Alexandre Chemetoff peut avoir pour découper la surface. J’ai travaillé dix ans pour Paris Habitat, dans un autre contexte mais sur le même genre de partition. C’est classique comme évolution de projet. Et quand on regarde dans le détail, ce fractionnement ne touche pas l’organisation de l’immeuble. Il touche seulement la position du local vélo. Je vais vous montrer. Il y a deux croquis. (Muriel montre les différents plans : projet et propositions – disponibles sur le blog) C’est très simple. Voilà le projet, il y a deux commerces, un commerce de 177 m² et un commerce de 435 m². Avec, sur la rue Bichat, une sortie de secours et un accès livraison. Ce commerce n’a aucune forme. Il n’a aucune attractivité, même pour une moyenne surface. C’est un commerce qui est vraiment sans qualité aucune. C’est indigent pour un programme neuf. Dans le fractionnement que vous voyez ici, en revanche, on reprend le modèle du hall B, c’est-à-dire que le local vélo est en arrière. Déjà on obtient trois fractionnements, qui peuvent après être encore fractionnés, mais on est sur des modules à 100 à 150 mètres carrés.

F. Pignet : Pour préciser quand même : d’un point de vue architectural, Chemetoff avait répondu qu’il n’était pas possible de faire plus d’ouvertures de commerces sur la rue Bichat à cause des gaines techniques et des entrées.

M. Pagès : Ce qui est important, c’est que nous ne touchons pas à l’entrée, à l’escalier, à l’ascenseur ni au local poubelle. Simplement ce local vélo qui prend la façade (dans les escaliers C et D) se retrouve en arrière. C’est ce modèle de hall-là (des escaliers A et B). S’ils le font là, ils peuvent le refaire. Ça ne se répercute pas sur les niveaux supérieurs. C’est cela qui est essentiel – il ne faut pas que la modification soit importante. Après, on a regardé plus dans le détail, et il se pose une question de niveaux. La rue du Faubourg du Temple, comme vous savez, est très en pente. Donc, par exemple, si on veut diviser en deux ce local (le commerce de 177 m2 prévu sur la rue du Faubourg du Temple), il faut que la porte soit déplacée et que le niveau d’une partie soit modifié et abaissé de 20 centimètres ; dessous, ce sont des locaux techniques, il n’y a pas de difficulté. Pour ce local-là (la grande surface), Chemetoff a pris le point bas, 40,60 m. C’est l’altimétrie. Tout ça, c’est sur un plateau de 40,60. Ici par exemple (dans la sortie de secours de la grande surface) on voit bien qu’il y à des marches pour sortir. Si on veut déjà diviser le premier local (à l’angle des deux rues), qui est le plus intéressant : cette partie ne bouge pas à 40,60, et cette autre partie doit bouger de 20 centimètres. Il faut la surélever de 20 cm. Mme Arnaudet m’a dit qu’il n’y avait aucun problème pour surélever de 20 centimètres. Après, ce local ici (local de 150 m2 dans le contre-projet), en fait, aujourd’hui il est à 40,60 et quand on compare avec les entrées voisines, il est extrêmement décaissé. Il est décaissé de 60 cm par rapport à la rue. Mais les locaux voisins sont bien au niveau de la rue. Donc, si c’est possible ici, c’est possible là de monter ce niveau-là. Ça va réduire les hauteurs sous plafond. J’ai demandé le permis de construire fin juin, on m’a dit que c’était en déménagement et que je l’aurais en juillet, on est fin août et je n’ai toujours rien. Je ne connais pas la hauteur sous plafond et elle n’est pas indiquée sur les plans du premier étage… En gros, ce qu’on veut, c’est que ce plancher-là ne soit pas réalisé en très bas, mais qu’il soit réalisé à la même altimétrie que les entrées voisines. Et la hauteur sous plafond sera un peu réduite mais ça ira, ce n’est pas non plus un commerce très grand.

F. Pignet : Pour pouvoir faire des entrées de commerces encore une fois – de commerces ou de locaux associatifs.

M. Pagès : On n’a pas le droit de faire un commerce qui ne soit pas accessible de plein pied. Il faut que les commerces soient accessibles pour les handicapés. Ici, ce local-la… je suis extrêmement surprise car dans le projet il y a des marches.

N. Neveu : Oui, mais dans le projet actuel ce n’est pas une entrée de commerce.

M. Pagès : C’est vrai. Bon, ce qu’il faut, c’est surélever la dalle de 18 centimètres. C’est-à-dire que finalement, toutes ces modifications : là c’est plus 20, là c’est moins 20, là c’est plus 18… et là c’est un peu différent, il s’agit de se mettre au niveau de référence qui est ici. Je vous laisserai tous ces documents. Ce ne sont pas des modifications majeures. Ce que m’a dit Mme Arnaudet, c’est : « Ce qui nous embête, c’est que le bureau de contrôle a visé les plans et que ça il va falloir que ce soit visé de nouveau ». Les bureaux de contrôle, dans les projets, remettent des avis et sont sollicités pour des modifications. C’est logique. Ce qui n’est pas traité ici (dans la proposition alternative) c’est la question des gaines. Donc, il faut voir que, dans ces locaux, les halls seraient traversants, donc ce serait ventilé, les locaux commerciaux seront également traversants. Là (dans le projet actuel), on est dans une ventilation énorme avec des faux plafonds et autres choses. À mon avis, ça gagne en qualité, c’est plus naturel, et donc il y a moins de contraintes techniques. La seule chose, c’est que, dans certains commerces, du fait des gaines, ça ne peut pas être ouvert à toute vocation, mais ce n’est pas la difficulté.

I. Brossat : Et vous n’en avez jamais parlé directement à Chemetoff ?

M. Pagès : Chemetoff, je le connais, j’ai gagné contre lui un concours de Paris Habitat il y a neuf ans et donc on s’est côtoyés, il connaît mon nom. Moi, je suis quelqu’un qui assure des missions de conseil diverses. Je sais me mettre dans des positions de conseil. S’il fallait rencontrer l’équipe d’Alexandre Chemetoff, je n’ai aucune difficulté, mon objectif n’est pas…

F. Pignet : Son objectif, c’est qu’elle est habitante du quartier comme nous !

M. Pagès : Je me suis battue déjà pour garder les pavés de la rue du Faubourg du Temple… S’il fallait, j’ai dit à Paris Habitat que j’étais disponible pour les rencontrer. Si vous voulez, moi, ce qui me surprend dans cette affaire, c’est que cette analyse-là, vous savez, moi je l’ai faite en plus de mes heures de travail. Vous voyez, je prends un feutre, on discute, et après il y a des choses qui vont marcher mieux que d’autres.

E. Abrams : Oui, et ça ne prend pas trois mois.

F. Pignet : Oui, mais pour Paris Habitat c’était beaucoup plus simple dès le début de dire : « On va faire un Monoprix ! » Ça rapporte plus d’argent et ça fait une seule grande surface à gérer.

M. Pagès : Moi, je les ai vus faire des choses formidables dans le 18e arrondissement.

I. Brossat : Oui, mais il y a un sujet qui est un sujet général et qui me tient à cœur, c’est la gestion par Paris Habitat, et nos bailleurs en général, de ces pieds d’immeuble. Et la gestion des pieds d’immeuble par les bailleurs sociaux, telle qu’elle a fonctionné jusqu’à présent, n’est pas satisfaisante. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, et j’ai d’ailleurs une réunion sur cette question-là la semaine prochaine, nous avons la volonté, avec la maire de Paris, de changer totalement le fonctionnement de la gestion des pieds d’immeuble et de faire en sorte que nous gérions ça directement par le biais d’une société d’économie mixte qui est la SEMAEST et qui gérerait l’ensemble des pieds d’immeuble des bailleurs sociaux de la ville de Paris, c’est-à-dire Paris Habitat , SIEMP, RIVP et ELOGIE.

E. Abrams : Et ça peut concerner déjà ce projet-là ?

I. Brossat : Le problème, c’est que là, il y a un problème immédiat à gérer. Après, peut-être qu’il sera géré par la SEMAEST, mais dans l’immédiat, vous, il y a un problème qui est lié aux travaux. Mais je partage le constat que ça ne va pas. Moi, dans ma rue, il y a un Sandro dans un pied d’immeuble de bailleur social… ce n’est pas la vocation des bailleurs sociaux d’accueillir des Sandro, il y en a déjà assez ! Mon sentiment, c’est qu’au cours des deux dernières mandatures, on a fait des choses très bien, on a produit beaucoup de logement sociaux, mais les bailleurs sociaux ont eu tendance à fonctionner chacun dans leur coin, indépendamment des orientations politiques de la ville. Sauf quand il y a eu une pression politique des élus locaux qui a conduit les bailleurs sociaux à tenir compte de nos exigences. Par exemple, on est en train de travailler, dans le 18e arrondissement, à installer le supermarché coopératif La Louve rue des Poissonniers. Mais là le maire met une pression. Donc c’est vraiment un sujet qui me tient à cœur, et votre cas illustre le fait qu’on a un problème et qu’il faut que ça change. Ce que je m’engage à faire, c’est d’abord de vous communiquer les nouveaux plans d’ici deux semaines. Par ailleurs, moi je connais Chemetoff. Je lui passerai un petit coup de fil pour insister sur le fait qu’on a vraiment besoin d’aboutir à quelque chose de satisfaisant, (à Muriel) je dirai d’ailleurs que vous êtes à leur disposition. Et je vous propose qu’on se revoie une fois que j’aurai les nouveaux plans. Mais le principe de la partition et le fait qu’on n’ait pas de Monoprix à cet endroit-là, j’y adhère totalement et je travaille dans ce sens-là.

E. Abrams : Mais c’est Paris Habitat qui décide ou bien c’est vous ?

I. Brossat : C’est Paris Habitat… mais en réalité Paris Habitat fait ce qu’on lui dit.

F. Pignet : L’ancien président de Paris Habitat que j’avais interpellé au cours d’une réunion publique m’avait dit : « Écoutez, Monsieur, pour vous répondre simplement, nous travaillons en collaboration avec la mairie et nous n’outrepassons jamais ce que nous demandent les mairies, nous ne faisons jamais le contraire. » Je lui avais posé la question parce que le maire lui-même m’avait dit que si, pour financer son projet, Paris Habitat avait besoin d’un DailyMonop’, il ne pourrait rien faire. Quand j’ai posé la question, ils se renvoyaient la balle, mais j’ai eu l’impression que c’est le président de Paris Habitat qui disait la vérité…

E. Abrams : Au conseil d’arrondissement, Rémi Féraud a beaucoup insisté sur le fait qu’il était avec nous, mais qu’il ne pouvait ni ne voulait rien imposer à Paris Habitat, qui restait seul décisionnaire.

I. Brossat : Ça ne sert à rien d’avoir des sociétés d’économie mixte à nous ou des OPH si on ne peut rien leur imposer…

M. Pagès : Ce n’est pas l’immeuble de logement social qui est en jeu, ce n’est que la mutation du rez-de-chaussée.

I. Brossat : Oui, mais ça a un petit impact financier.

M. Pagès : Oui, mais c’est quand même très attractif comme surface, c’est ça qu’il faut voir.

I. Brossat : Moi, ce que j’ai compris, c’est qu’avec le changement des plans, les travaux coûteraient un peu plus cher.

E. Abrams : Ce ne sera pas tellement plus cher s’ils font les choses à temps.

(…) Tout le monde parle en même temps.

M. Pagès : C’est très très attractif. On a fait une promenade, avec Erika, chez les commerçants, et c’est incroyablement attractif, tout le monde se projette là-dessus, quelle que soit la nature du commerce (culturel, alimentaire…).

I. Brossat : Vous avez des idées ?

E. Abrams : Il y a une librairie qui est très intéressée.

N. Neveu : La question, c’est : une fois que sera acté le principe du fractionnement, comment se fait l’attribution ? Est-ce qu’il est possible d’envisager une concertation avec les habitants, les élus, le conseil de quartier… ?

E. Abrams : Est-ce qu’il est possible d’organiser une réunion dès maintenant, puisque le principe est acquis, semble-t-il ?

I. Brossat : Peut-être que le mieux est quand même d’attendre d’avoir les nouveaux plans… selon qu’on en ait trois ou deux ou… ce n’est quand même pas la même chose.

N. Neveu : Mais alors, une fois qu’on a la solution, qui est-ce qui décide de l’attribution ?

I. Brossat : C’est Paris Habitat.

N. Neveu : D’accord, c’est Paris Habitat, mais est-ce qu’on peut avoir une discussion avec Paris Habitat ou… ?

I. Brossat : Il y a quand même aussi un aspect financier.

N. Neveu : D’accord, bien sûr, mais même avec un aspect financier on peut discuter…

F. Pignet : Admettons que tout se passe bien dans ce que vous dites, c’est-à-dire en gros, comme ça semble évoluer, qu’ils acceptent que le surcoût existe mais soit acceptable, etc., et qu’il y ait trois ou quatre surfaces. Est-ce que vous pouvez demander à Paris Habitat que le conseil du quartier, un certain nombre d’élus de la mairie du 10e et les gens du collectif puissent avoir une réunion avec eux pour envisager comment se passerait l’attribution au mieux, pour éviter qu’on se retrouve avec quatre commerces de vêtements dégriffés de luxe.

I. Brossat : Pour le coup, j’outrepasserais vraiment mes fonctions, ça c’est à la mairie d’arrondissement de l’organiser, et moi, je peux insister auprès de Paris Habitat pour que Paris Habitat accepte. Mais ce n’est pas à moi d’organiser cela.

N. Neveu : En tout cas, une réunion de ce type-là est envisageable… ?

E. Abrams : En tout cas, l’adjoint à la démocratie locale est favorable.

F. Pignet : Oui j’ai eu Sylvain Raifaud au téléphone ce matin, il m’a dit qu’il était prêt à organiser ça à la mairie du 10e.

I. Brossat : Je trouve ça très bien. Moi, à ce moment-là, je demanderai à Paris Habitat de participer.

F. Pignet : Il y a une dernière question que j’aimerais vous poser… C’est un peu compliqué, parce que tout le monde à ce mot-là à la bouche mais personne ne sait exactement ce que cela veut dire… mais dans le projet commun, notamment dans l’accord électoral entre Anne Hidalgo et les Verts, et les communistes avaient demandé la même chose, ainsi que Rémi Féraud dans ses promesses électorales et son tract d’entre-deux-tours a repris le mot : « Nous rendrons la vie moins chère grâce aux services publics municipaux et aux halles alimentaires bon marché. » Et Rémi Féraud nous a dit clairement que cet immeuble était pour lui un projet phare. Je suis un peu fébrile, parce que ça fait quand même quatre ans qu’on se bat là-dessus, et on a l’impression que ça n’avance que depuis quelques mois et que jusqu’ici on a été baladés un petit peu. On a même eu pire, on a eu des gens qui sont venus nous agacer en nous disant : « Vous êtes tous des propriétaires, vous êtes contre les logements sociaux. » Alors que, dès le départ, on avait dit qu’on était à fond pour la crèche et les logements sociaux, que ce n’était pas le problème, que le problème, c’était le Monoprix ! C’est hallucinant d’imaginer un immeuble ou les gens des logements ne pourraient pas même acheter en bas, parce que ce serait trop cher. Et puis c’était aussi pour le vie du quartier. Donc on a été un peu échaudés, on a eu l’impression qu’à la mairie, ils ne se sont pas rendu compte du problème au début. Et puis après ils ont tenté de noyer le poisson en se disant que ça allait s’éteindre, etc… bref, ils ne s’en sont pas occupés. Bon, ça s’est amélioré depuis les élections, parce qu’il y a un certain nombre d’élus qui sont d’accord avec ce que j’ai dit. Et quand on a vu le projet « halle alimentaire bon marché », c’est vrai qu’en tant qu’habitants ça nous intéresse d’avoir dans le coin autre chose que des Monoprix ou des Franprix pour se nourrir. Et alors on a essayé de se renseigner, mais personne…

N. Neveu : Si, c’est Léa [Vasa] et Dante [Bassino] qui avaient expliqué, je crois… Il s’agirait d’acheminer des fruits et légumes des maraîchers de la région parisienne via les canaux et qui seraient commercialisés dans la halle. Et au sein de la halle, les stands et les étals ne seraient pas forcément fixes, mais pourraient tourner dans la semaine.

F. Pignet : D’accord, on ne serait pas du tout contre – le marché sur l’eau à Stalingrad je trouve ça très bien. Mais ce que je veux dire, c’est que, quelque part… il faut entamer la discussion sur l’après. C’est pour ça qu’on a besoin d’une réunion : pour discuter chacun de ce qu’on pense de l’attribution de ces locaux. Moi je me souviens que Rémi Féraud avait dit que cet immeuble était un projet phare. Mais le rez-de-chaussée n’était pas du tout un projet phare. Et pourquoi ne pas en profiter pour faire un projet phare pour tout ? Malheureusement, ils ne s’y sont pas pris à temps pour ça. Nous, notre rêve serait que cet immeuble soit le premier immeuble géré par la SEMAEST, qu’il y ait une vraie consultation des habitants autour, qu’il y ait des locaux de rencontre entre les gens. Parce que le 10e, je ne sais pas si vous connaissez, c’est un arrondissement un peu spécial au niveau de la mixité… des langues, avec les Afghans, les deux gares… Enfin moi, en tant qu’habitant, j’ai envie qu’il y ait des lieu de médiation, de rencontre entre les gens… et pas seulement des commerces.

N. Neveu : D’ailleurs, est-ce que sur ce projet il est envisageable d’avoir des activités différentes avec des loyers différents, modulés en fonction de la nature de l’activité ?

I. Brossat : Soit on est en local commercial soit on est en local associatif. Là ils ont construit tous leurs plans avec un loyer commercial. Si on leur demande de faire à la fois et une partition et de substituer un local associatif à un local commercial, ça va faire beaucoup.

E. Abrams : J’ai été sur le site de Paris Habitat pour essayer de me renseigner sur les loyers pratiqués dans le domaine commercial par Paris Habitat. Et là, on trouve que le maximum du loyer qu’ils indiquent, même pour les grandes surfaces, c’est plus de 18 000 euros par an. Là, pour la grande surface de 435 m² c’était un loyer annuel HT/HC, brut de béton, de 208 000 euros, ce qui fait déjà 17 000 par mois. Je me suis renseignée aussi auprès des autres commerçants de la rue du Faubourg du Temple que je démarche régulièrement avec les tracts du collectif et qui nous soutiennent pour la plupart. Ils me disent qu’on est là dans la fourchette haute de la moyenne pratiquée dans le privé. Le fait que le tarif normal des loyers d’un bailleur social soit la fourchette haute du privé, c’est extrêmement bizarre.

I. Brossat : Il y a deux choses : il y a ici une urgence et il nous faut régler ce problème. Il y a par ailleurs une réflexion plus générale à avoir avec les bailleurs sur la gestion des pieds d’immeuble, et il nous faut régler ce problème. Après, ils ont aussi des impératifs financiers et on est les premiers à leur demander de fonctionner avec leurs fonds propres. Il y a aussi des contradictions à gérer, y compris dans le discours que nous, élus, on tient à l’égard des bailleurs.

F. Pignet : Et juste une question parce que vous nous avez parlé de La Louve. La Louve est-elle un commerce ou une association ?

I. Brossat : C’est un supermarché.

F. Pignet : Oui mais c’est un supermarché collaboratif. C’est une sorte de SCOP, alors on le considère comment ? Comme un local commercial ou… ?

I. Brossat : Eh bien, ils ont un loyer qui est quand même moins élevé que… on est en train de négocier d’ailleurs avec Paris Habitat sur le loyer.

(…)

Discussion à bâtons rompus sur La Louve, le soutien que la Ville compte lui accorder et la rencontre entre le collectif et un des initiateurs du projet en novembre 2013.

N. Neveu : Une dernière question. Donc, on attend là d’avoir une réponse sur les plans, et on se reverra après. Dans une quinzaine de jours. Est-ce qu’il est envisageable qu’il y ait un représentant de Paris Habitat qui soit présent lors de notre prochaine rencontre ?

I. Brossat : Oui, et de la mairie du 10e.

P. Pouey-Mounou : Une dernière question : vous avez dit que l’architecte allait rendre ses plans dans deux semaines. Je n’ai pas compris si ces plans seront considérés comme définitifs ou comme une proposition.

N. Neveu : Non, c’est une proposition.

I. Brossat : S’ils ne répondent pas à nos exigences, ils ne seront pas définitifs. Mais je passerai quand même un petit coup de fil, histoire qu’ils nous rendent des plans qui répondent à nos exigences et qu’on ne remette pas une pièce dans la machine en repartant pour trois semaines…

E. Abrams : Mais pendant ce temps-là les travaux avancent. Le chantier continue.

I. Brossat : Je vais demander au directeur général de Paris Habitat de ne rien faire qui condamne les projets de partition.

(…) Fin de discussion peu audible.

——————————

Suite à cette réunion, l’un des participants, Pierre Pouey-Mounou, repésentant le commerce Altervojo, installé depuis un an et demi avenue Parmentier dans le 11e, nous a fait parvenir des éléments de réflexion, consultables en page Documents (document retiré le 24 novembre 2014 à la demande de son auteur).